Pages

23.1.16

#pascesoir

on s'accroche on s'emporte
on s'écorche on se déporte
on se débat sauvages entre les mailles du
rythme
irrésistibles lorsque nous nous miroitons l'iris
comme ça
au ralenti

ne me dis pas ne me dis pas non qu'on ne peut pas
s'accorder une danse au moins
(est-ce que c'est ça, l'amour ?)
juste une cabriole
mais sans renverser nos verres
(est-ce que c'est ça, l'amour ?)
et après si tu veux
on ne se parlera plus jamais

nous ne serons pas désolés non nous ne serons pas
navrés d'avoir été des monstres en apnée
le temps d'un étourdissement
à l'abri des sermons des absurdités des dictées
n'abusez de l'ecstasy qu'avec modération
faire la toupie, c'est dangereux pour l'acuité
#pascesoir

donne-moi un peu
donne-moi un peu de ta sueur
donne-moi un peu de ce sucre qui dégouline
lancinant
tout le long de ton cou
prête-moi ces lèvres, juste un instant
entre deux bpm
après, promis, je retourne au bar

toi tu goûtais paris, toi tu goûtais genève
toi tu aimais te poudrer en stations l'hiver
toi tu kiffais les soirs de blackout à new york
moi je trottais dans les ruelles à lyon et ça
ça c'était bien ça me suffisait
et de toute façon, vous êtes toutes revenues
je vous attendais là, bien sage

que sera sera mais un jour
lorsque nous serons taillées tout encadrées
que des mini-stagiaires en com nous siffleront à l'oreille
entre deux cafés froids
que nous avons perdu notre conjecture et que nous sommes vendues
on leur soufflera que nous ne sommes vendues qu'à nous-mêmes
une sorte d'auto-consommation
et que ça a toujours été comme ça parce que nous parce que nous
parce que nous sommes nées avec des paillettes en argent sur les cils

mais ce soir je vais m'oublier dans tes je vais
te susurrer des sortilèges à l'oreille
avec une voix de vocodeur
spécialement travaillée pour toi
spécialement conçue pour que tu oublies
d'arroser la flore et que tu te contentes
de mes jeux de gonzesse

alors je saute et tu sautes et je tu il nous vous elles
on était venus pour ça de toute façon
on était venus pour en découdre
compter les points mais pas les perles
s'enfiler des selfies juste pour le plaisir
de les effacer ensuite
en duckface, s'il te plaît
#yeuxplissésjouesrentrées
puis nous trinquerons à la mémoire
de katharine et d'audrey

ne parlons pas des élections, ne parlons pas d'autre chose
(high)
que du mix et de mes dreadlocks
ou à la rigueur
de la couleur du cocktail
nous n'avons pas besoin de certitudes
et si on danse (et si on danse)
tu auras ton trophée fluo
ta glitter ball à toi rien qu'à toi
le temps que tous ils nous voient bien
(comme elle est beeeelle !)
et puis chacun rentre chez soi
avec du thé et des cookies
j'ai un chat de toute façon
il ronronnera pour moi s'il n'y a personne d'autre

et j'écouterai des ragas pour me calmer
ou peut-être talvin
je regarderai la télé sans le son
et je collerai d'autres mots sur les images
à bombardement, je substituerai canicule
à terrorisme, je substituerai mélanine
à fatwa, je substituerai cunnilingus
et les publicités me feront rire
surtout les plus connes

mais en attendant
on pousse on repousse les contours
parce que les contours sont moins intelligents que nous
je te pousse et tu me sanctifies
tu me pousses et je te tourbillonne
et tu ne connais pas mon nom
et je m'en fous
parce que ce que j'aime en toi
c'est que tu es là c'est tout
nous n'avons pas besoin de la promesse d'une aube
pour siroter la nuit

et nul ne nous sauvera de nous-mêmes
et nous n'assainirons pas nos audaces
et que ça plaise ou non au videur
nous entrerons et sortirons comme il nous chante
parce que nous sommes dans les petits papiers de dieu
et que dieu, ce soir, est aux platines
parce qu'au septième jour, il fallait bien
que ses créatures pétillent

A.K.